Conseil du jour

Il a men nwen teb3et iwellihen n yghallen n usellek suite à des erreurs de prévention en matière de sécurité, l’absence d’une bonne aération  et la  mauvaise utilisation des appareils de chauffage et chauffes bain mis en cause dans de nombreux cas signalés. La baise de température favorise l’utilisation mas

Météo
Météo

Le corps inerte du pompier disparu à Bouira repêché

Horizons du 11/02/2019

Le corps de l’agent de la Protection civile Mohamed Achour a été retrouvé, hier matin, 17 jours après sa disparition, emporté par les eaux pluviales le 24 janvier dernier à Bouira. Selon le chef du bureau de l’information de la direction générale de la Protection civile (DGPC), le capitaine Nassim Bernaoui, le corps a été localisé hier vers 10h05 lors d’une opération de ratissage à Oued D’hous, dans la région de Bouira. «Le corps de la victime a été retrouvé à 50 m du déversoir de l’oued», a précisé l’officier dans une déclaration à Horizons. Il a expliqué que ce lieu a fait l’objet de plusieurs opérations de recherche, depuis la disparition tragique de l’agent, «mais vu les conditions météorologiques marquées par des pluies orageuses, les unités d’intervention ont trouvé des difficultés à le localiser». La découverte du corps a eu lieu suite au retour du beau temps et à la baisse du niveau des eaux. Hier, c’est le grand soulagement au sein des agents de la Protection civile. Dans une vidéo diffusée sur le compte officiel de la direction de la Protection civile de Bouira, juste après la localisation officielle du corps du défunt, des plongeurs criaient : «On l’a trouvé ! C’est le corps de Mohamed, c’est lui !» Un soulagement mais de la peine se lisait aussi sur les visages des deux plongeurs. «J’étais sûr qu’on allait le retrouver aujourd’hui», a déclaré Aïssa, un agent de la PC de Bouira. «Le corps du défunt était coincé à la sortie de l’avaloir», a précisé le chef de l’équipe. Le corps a été transporté à la morgue de l’hôpital de Bouira avant son transfert au siège de l’unité principale de la PC où il exerçait comme agent à l’unité d’intervention, en présence du DGPC, le colonel Boualem Boughelaf. Le défunt a été enterré, hier, après la prière d’El Asr, en présence du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, du DGSN, le colonel Mustapha El Habiri et d’une grande foule. Dans un message de condoléances, Bedoui a salué «un héros qui a eu l’estime de tous les Algériens qui ont prié pour lui et se sont déplacés pour participer aux recherches, malgré les conditions météorologiques difficiles». Le ministre a rendu également hommage aux agents de la Protection civile «pour leur professionnalisme et leur mobilisation» ainsi qu’aux citoyens pour l’élan de solidarité et de soutien à la famille du défunt. En effet, des citoyens bénévoles ont participé aux recherches à travers le nettoyage, à l’aide de pelles, des abords des oueds, des branchages et autres détritus qui se sont amoncelés sur les deux rivages. «Nous sommes très reconnaissants envers la population de Bouira», a indiqué le capitaine Bernaoui. Le défunt, âgé de 27 ans, est décédé emporté par les eaux pluviales au niveau d’une bouche d’un avaloir à Bouira. Il était en mission de secours et de sauvetage sur la RN 5, quand il a été aspiré par les flots. Plus de 800 agents de la PC des différentes wilayas et des unités spécialisées de plongeurs et d’éléments du Grimp ont été mobilisés depuis le 24 janvier. «Les recherches n’ont pas été interrompues malgré les conditions difficiles», a-t-on expliqué. Les agents ont ratissé plusieurs lieux dans l’espoir de trouver le corps afin de permettre à ses parents, notamment sa mère, Djamila Achour, de faire leur deuil. «Aujourd’hui, j’ai une tombe sur laquelle je peux me recueillir et faire mon deuil», a déclaré la mère du défunt, affirmant qu’elle est fière de son fils mort en mission.

http://www.sudhorizons.dz/fr/les-news/les-manchettes/43386-le-corps-inerte-du-pompier-disparu-a-bouira-repeche

Revue El HIMAYA
La video de l'actualité