Conseil du jour

              Il fait très chaud, la température ne descend pas la nuit et cela dure plusieurs jours, c’est la canicule. la Directeur Général de la Protection Civile mis en Alerte toutes les unités d’interventions Avec l’intensification des actions de prévention et de sensibilisation nécessaires e

Météo
Météo

LE COLONEL MUSTAPHA EL HABIRI Un personnage de légende

Par Walid AÏT SAÏD - Samedi 03 Mars 2018
image

Toujours souriant et faisant surtout preuve d'un dynamisme sans égal, il a réussi à moderniser la Protection civile qui est devenue une référence nationale et internationale. Portrait d'un CHEF...

D'une simple équipe de secours au fleuron national...C'est l'exploit qu'a réalisé le colonel Mustapha El Habiri. En lui confiant les rênes de cette institution des plus sensibles, le chef de l'Etat Abdelaziz Bouteflika savait qu'il pouvait compter sur un homme de terrain capable de relever le défi. Et le Président ne s'est pas trompé! «Si Mustapha» a réussi à construire un géant. La Protection civile algérienne est «l'une des meilleures au monde», selon les déclarations de l'ex-ministre français de l'Intérieur Bruno le Roux, lors de la visite qu'il a effectuée en 2017 en Algérie. Le Roux avait tenu à rendre hommage au colonel El Habiri pour la dimension internationale à laquelle il a réussi à hisser cette institution stratégique. Il faut reconnaître que le maestro, El Habiri, dirige son orchestre d'une main de maître. Discret, cet homme aux cheveux grisonnants est doué d'un grand sens de l'observation. C'est un personnage devenu incontournable après les inondations de Bab El Oued, le séisme de Boumerdès et la côte est d'Alger. Le colonel avait bouleversé les «moeurs» de l'époque en étant présent aux côtés de ses hommes lors de ces catastrophes naturelles. Il était l'un des premiers sur le terrain afin de montrer l'exemple à ses hommes. Toujours souriant et faisant surtout preuve d'un dynamisme sans égal, il a inculqué à ses hommes une discipline de fer comme celle qu'il a apprise dans les maquis, lors de la guerre de Révolution nationale, où il a été l'un des plus jeunes combattants de l'Armée de Libération nationale. Dépeindre cet homme aux yeux verts et légèrement voûté, n'est donc pas une sinécure. Comme l'est d'ailleurs son parcours...Il a, à partir de 1956, année de son engagement dans la lutte armée, traversé le maquis de la Wilaya 5 historique de bout en bout, mené de très nombreuses batailles et fut blessé au combat en 1961. Ce profil de baroudeur, le directeur général de la Protection civile ne s'en est pas défait. Il lui est resté collé à la peau tout au long de sa carrière dans l'ALN. Qu'importent les grades et les décorations, ce qui compte pour lui, c'est de tout faire pour sauver des vies.
On l'a vu sur tous les champs de bataille pour la vie. Avant darriver à la tête de la Protection civile en 2001, il a fait carrière dans l'ANP où il a comptabilisé 40 ans de bons et loyaux services. Avec le grade de colonel, El-Habiri semble échapper à l'image classique qu'on s'est forgée des militaires de carrière, du genre: «Les mains sur la couture du pantalon et que je ne voie qu'une seule tête!». Pas très loquace, juste ce qu'il faut, car l'institution qu'il gère se doit, avant tout, d'être efficace. Adulé pour sa simplicité, aimé pour sa disponibilité, il est toujours aux petits soins avec ses éléments. Sa philosophie: «Un vrai pompier qui servira convenablement la communauté est celui qui est à l'aise, qui ne manque de rien.»
El Habiri a ainsi imprimé à ce fleuron national le sens de l'altruisme, de l'abnégation et du sacrifice. Près de 70.000 agents aux premières lignes du risque, prêts à répondre aux appels de détresse. D'une petite équipe de secouristes aux moyens rudimentaires il y a 50 ans, la Protection civile est aujourd'hui dotée de moyens qui lui permettent de répondre à toutes les situations d'urgence. Un travail de fond a été entamé depuis 17 ans par la direction générale de la Protection civile sous l'inspiration de son patron le colonel El Habiri. Cet homme-là n'a absolument pas usurpé la réputation qu'il s'est forgée. Le travail de terrain est là pour en être témoin...

 
Revue El HIMAYA
La video de l'actualité
La certification aux normes internationales Insara