Conseil du jour

Il a men nwen teb3et iwellihen n yghallen n usellek   L’intoxication au monoxyde de carbone, présente un danger permanent lors de l’utilisation d’appareil de chauffage défectueux ou contrefait. Avant chaque hiver faite vérifier votre chauffage par un technicien qualifié Penser toujours à ventiler votre logement lors de l’ut

Météo
Météo

LEUR PROFESSIONNALISME SÉDUIT LE MONDE ET LES ALGÉRIENS Les soldats du feu en action

Par Walid AÏT SAÏD - Samedi 03 Mars 2018

Ils symbolisent les valeurs républicaines de fraternité et de solidarité! Ils honorent aussi la nation à l'étranger, en participant activement à des missions de secours de populations en détresse après avoir subi la furia de la nature ou de l'homme. Eux, ce sont nos pompiers, notre fierté nationale...

Ils ne cesseront jamais de nous impressionner! Comme à chaque 1er mars, nos pompiers font de la Journée mondiale de la Protection civile une fête remarquable et remarquée. Cette année, le directeur général de ce corps constitué des plus humanitaires, le colonel Mustapha El Habiri, a choisi de la faire coïncider avec une sortie de promotions. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le colonel El Habiri a encore une fois réussi son «coup». En effet, les hommes en noir ont ébahi les présents, à leur tête le très exigeant, Premier ministre Ahmed Ouyahia. Le chef de l'Exécutif, qui a tenu à être présent à cette fête en reconnaissance aux efforts que fournissent les hommes en noir et ceux du «chef» qui les a hissés à un autre niveau depuis que le président de la République Abdelaziz Bouteflika lui a confié les rênes de cette institution sensible. Ainsi, Ahmed Ouyahia qui était accompagné du ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Nouredine Bedoui, et du directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha El Hahbiri, a d'abord déposé une gerbe de fleurs, avant d'observer une minute de silence à la mémoire des martyrs du devoir. Il a par la suite procédé à l'inspection de la nouvelle promotion qui reflète la discipline militaire que lui a imprégnée «Si Mustapha». Avec un large sourire, le Premier ministre a salué les nouveaux agents, avant de lancer un petit mot à l'oreille d'El Habiri qui a tout autant fait sourire ce dernier. Ouyahia a par la suite pris place dans les tribunes de la belle école de formation de la Protection civile de Dar El Beïda. Le major de promo s'est alors dirigé vers le chef de l'Exécutif pour lui demander son approbation pour la baptisation de la promotion au nom de l'ancien chef de gouvernement et ancien militant de la cause nationale, feu Rédha Malek. Un frère du colonel El Habiri, qui faut-il le rappeler, est Moudjahid de la glorieuse guerre de la Révolution nationale, tout comme le défunt Redha Malek. Une grande émotion a alors régné, où tous les présents se sont levés comme un seul homme pour applaudir ce bel hommage. Néanmoins, l'assistance n'était pas au bout de ses surprises.

Un corps moderne et surtout discipliné
Les actuels et anciens ministres, ambassadeurs et diplomates étrangers, personnalités nationales de divers domaines ainsi que les représentants de la société civile, ont eu droit à une véritable démonstration de force! Des manoeuvres d'intervention ont été effectuées en grandeur nature par les éléments de la Protection civile. La cérémonie a été marquée par la présentation de manoeuvres de démonstration des moyens d'intervention des différentes équipes lors d'accidents de la route, d'incendies de forêts et de catastrophes naturelles, tels que les séismes avec le recours aux équipes cynophiles et autres moyens de secours. Les démonstrations faites par les chiens de cette équipe cynophile ont émerveillé les présents qui ont vu ces chiens de secours sauter sans encombre des obstacles en feu. Tout comme le simulateur de séisme. Cet engin, qui est le seul en Afrique, permet à la Protection civile de sensibiliser les citoyens aux dangers des séismes et leur montrer les gestes à suivre. La parade des enfants formés par cette institution nationale dans le cadre de ses ateliers juniors, aux côtés de ses éléments, a ajouté du charme à cette cérémonie déjà bien belle. L'émotion était également à son comble au moment où les 1 283 nouveaux «pompiers» que compte cette promotion ont paradé. Youyous et cris de joie des familles présentes dans les gradins du complexe national de la Protection civile de Dar El Beïda, ajoutés aux chants, drapeaux et fumigènes concoctés par la Protection civile ont donné une ambiance de fête à cette cérémonie. Devant la forte impression qu'ont laissée les hommes en noir aux présents, complètement ébahis, le colonel El Habiri a pris la parole pour rendre à César ce qui appartient à César. Il a dans ce sens mis en avant le fait que c'est grâce aux orientations du chef de l'Etat Abdelaziz Bouteflika, que la Protection civile algérienne a réalisé d'importants progrès en termes de professionnalisme et de modernisation qui lui ont valu la reconnaissance des Nations unies à travers la certification Insarag (Groupe consultatif international de recherche et de sauvetage).

La certification de l'ONU est la meilleure preuve
Le couronnement de la Protection civile est venu consacrer deux années de mise à l'épreuve soutenue d'exercices exécutés aussi bien au niveau national qu'a l'étranger, supervisés par des experts internationaux de renom. Conformément aux règles et principes initiés par l'organisme Insarag/ONU, l'équipe algérienne Husar ayant été soumise à l'évaluation des experts internationaux, est composée de plusieurs groupes dédiés au commandement, secours médicalisés, cynotechnie, recherche, sauvetage et logistique, dotés de tous les équipements nécessaires exigés par les certificateurs. Cette dernière permet à la Protection civile d'intégrer l'équipe de recherche et de sauvetage onusienne. Elle est intervenue après qu'un groupe composé de 86 éléments de différentes spécialités eut effectué des stages pratiques à l'intérieur du pays et à l'étranger sous la supervision d'experts internationaux. Une distinction de plus pour ces soldats du feu qui ont, toujours honoré leur devoir, que ce soit au plan national ou international. Ils étaient aux premières loges, au même titre que les autres corps des services de sécurité, lors de la décennie noire. Al Asnam (Chlef), Bab El Oued, Boumerdès,...Ils étaient aussi là! Chaque été, pendant que les citoyens profitent du soleil, eux sont en train de combattre le feu, afin qu'il ne ravage pas nos forêts et nos villes. Ils sont aussi tous les jours à l'affût pour porter aide et assistance aux citoyens en détresse. Nos pompiers, sont notre fierté nationale. Ils symbolisent les valeurs républicaines de fraternité et de solidarité! Ils honorent aussi la nation à l'étranger en participant activement à des missions de secours des populations en détresse après avoir subi la furia de la nature ou de l'homme... En effet, depuis 1985, les secouristes algériens sont intervenus à l'étranger pour des opérations de secours, lors de séismes au Mexique, au Salvador, en Arménie, en Egypte, en Turquie, en Inde, en Iran, au Maroc, au Népal...de feux de forêts en France (août 2003), d'inondations au Soudan (septembre 1987) et au Yémen (novembre 2008) ou d'explosions, comme au Nigeria en 2002. A force d'être confrontée aux aléas de la nature, la Protection civile algérienne a acquis une grande expérience et un savoir-faire. A voir la démonstration effectuée jeudi dernier par les éléments de la Protection civile, on peut dormir tranquillement. Les pompiers veillent au grain...

Revue El HIMAYA
La video de l'actualité